frar
Accueil / Communiqués / Communiqué du Bureau Politique suite à la proclamation de l’état d’urgence

Communiqué du Bureau Politique suite à la proclamation de l’état d’urgence

Le bureau politique du parti Ettakatol s’est réuni ce soir, en session extraordinaire, suite à la décision du Président de la République d’instaurer l’état d’urgence sur tout le territoire de la République. Suite à cette réunion, nous, au parti Ettakatol :

  • confirmons notre position de principe de soutien à notre État, ses forces de sécurité, son armée, ses institutions ainsi que toutes les forces qui protègent la nation et le peuple tunisiens dans leur guerre contre le terrorisme et les terroristes.
  • affirmons que notre État est fort par ses institutions, par les valeurs de la République, par ses principes constitutionnels. De ce fait et en dépit des défis et des menaces, notre Etat reste et restera fort et invincible face aux mains de la trahison terroriste et que ces mains resteront impuissantes dans leur volonté d’affaiblir l’Etat ou de le faire chuter. (Ndlr : référence au discours du Président dans lequel il avait, étonnamment, dit que « si nous subissons une autre attaque comme celle de Sousse, l’Etat risque de s’effondrer »)
  • estimons que la Tunisie a besoin de mettre en place un plan national efficace de lutte contre le terrorisme, comprenant une batterie claire et graduelle de mécanismes sécuritaires, à déployer automatiquement en cas d’accroissement du risque terroriste et basée sur une échelle d’évaluation préalablement définie, à l’instar de ce qui est prévu dans d’autres pays faisant face à des menaces terroristes.
  • faisons assumer au pouvoir exécutif la responsabilité des graves manquements et défaillances sécuritaires qui n’ont pas permis de protéger le pays efficacement contre l’attaque terroriste de Sousse dont ont été victimes les touristes et le secteur du tourisme, pour la seconde fois, sans que les mesures préventives adéquates ne soient prises. Ceci d’autant plus que dans son discours, le président n’a fait état d’aucune défaillance et s’est contenté de pointer du doigt des difficultés économiques et sociales et des risques géostratégiques dans la région.
  • considérons que l’état d’urgence, proclamé conformément aux dispositions du décret 50 du 26 janvier 1978 qui ne respecte pas la constitution de 2014 et qui ne respectait même pas celle de 1959 lors de sa promulgation, ouvre grand la porte aux atteintes aux libertés privées et publiques. De ce fait, sans pour autant faire de procès d’intention, nous appelons le pouvoir exécutif à afficher clairement son engagement à ne pas faire usage des prérogatives données par ce décret en dehors de ce que nécessite la lutte efficace contre le terrorisme et les terroristes. Nous appelons aussi tous nos concitoyens ainsi que la société civile et politique à la vigilance et à la mobilisation pour la préservation de nos précieux acquis constitutionnels.
  • assurons que le dialogue social reste le meilleur moyen et la manière la plus efficace pour interagir avec les mouvements sociaux qui agissent dans le respect des lois de la République.
  • affirmons que l’état d’urgence ne doit permettre, en aucun cas et sous aucune forme, de limiter les droits et libertés constitutionnelles des citoyens, sauf pour ceux qui sont impliqués dans le terrorisme et dans tous les cas dans la limite du respect de l’intégrité physique et de la dignité humaine.
  • demandons aux autorités de faire preuve de franchise quant à la réalité de la situation sécuritaire afin que nous puissions tous contribuer à la lutte contre le terrorisme par la vigilance collective et le soutien continu à nos forces de sécurité et notre armée.

Vive la Tunisie libre indépendante et résistante.

Tunis le 6 juillet 2015

P/ le Bureau Politique
Donia Ben Osmane
La porte-parole d’Ettakatol. 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*

code