frar
Accueil / Actualités / Les négociations de l’ALECA au centre de la rencontre entre M. Ben Jaafar et Sergei Stanishev, Président du Parti Socialiste Européen

Les négociations de l’ALECA au centre de la rencontre entre M. Ben Jaafar et Sergei Stanishev, Président du Parti Socialiste Européen

Mustapha Ben Jaafar, accompagné de Moez Ben Dhia responsable des relations internationales, s’est entretenu l’après midi du vendredi 26 février à Bruxelles avec Sergei Stanishev, président du Parti Socialiste Européen qui regroupe 33 partis socialistes et socio-démocrates d’Europe et dont Ettakatol est membre observateur.

Cette rencontre a porté sur plusieurs sujets d’actualitė, et en particulier la situation en Libye où seule la solution politique est susceptible de régler le conflit et rétablir la paix. Mustapha Ben Jaafar a insisté sur le fait que l’Europe doit se coordonner avec les pays du voisinage de la Libye pour soutenir le processus politique afin qu’il aboutisse, car une intervention militaire ne peut que renforcer Daech et aurait des conséquences très graves sur toute la région et en particulier sur la Tunisie, qui serait ainsi le premier pays impacté après la Libye. Mustapha Ben Jaafar a rappelé par ailleurs que la situation critique dans la région ne doit tout de même pas faire oublier la situation critique et dramatique du peuple palestinien qui subit 60 ans d’occupation et de souffrance avec un engagement insuffisant de la communauté internationale pour la résolution du conflit vers une paix durable.

Les négociations de l’ALECA ont été au coeur de la rencontre. Les représentants d’Ettakatol on insisté sur le besoin de tirer des leçons des expériences du passé. Une évaluation objective des précédents accords d’association doit être effectuée et ses enseignements doivent être pris en compte pour l’avenir. En outre la Tunisie est en pleine transition économique et sociale, le modèle de développement n’est pas encore défini et il ne faut pas que la Tunisie se retrouve avec des choix forcés induits d’un accord de libre échange avec son premier partenaire commercial et économique. Les deux interlocuteurs ont insisté sur l’obligation de flexibilité du processus de négociations afin de donner à la Tunisie la marge qui lui est nécessaire pour mener à bien ces négociations et pour arriver à terme à un accord gagnant-gagnant  menant à une prospérité partagée. Ils ont insisté sur la nécessité de transparence du processus et sur le rôle de la société civile qui doit être fortement impliquée dans cette phase.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*

code